En m’installant sur le vignoble familial il y a quelques années,
j’ai reçu le savoir-faire ancestral me permettant d’élaborer des vins originaux issus de cépages et de terroirs singuliers.

– Eric Fitan – Président du syndicat des vins de Saint Mont –

Histoire

Le Vignoble de Saint Mont trouve ses origines en 1050 quand les moines bénédictins fondèrent le Monastère de Saint-Mont. Grâce aux pèlerins en route pour Saint Jacques de Compostelle, la réputation des vins de ce territoire se propage. Plus tard, dès le XVIème et XVIIème siècles, les vins s’exporteront. Le fleuve Adour devient une des principales voies de navigation pour le commerce fluvial et maritime. Les vins de Saint Mont se retrouvaient embarqués à Bayonne et Vieux Boucau sur les bateaux en partance pour les Pays Bas et l’Angleterre.

Le vignoble s’étend, les vignerons s’organisent et en 1957 décident de créer le syndicat de défense des « Côtes de Saint Mont ». C’est un 1er pas vers la reconnaissance officielle des particularités de leur vignoble. Pour aller plus loin et obtenir le label, ils engagent des travaux conséquents : diminution de l’aire de production, sélection des meilleures parcelles, replantation des cépages autochtones, optimisation des méthodes culturales…

En 2011, c’est la consécration de leur engagement puisque les 1200 hectares obtiennent le label AOC.

Terroir

L’appellation Saint Mont s’étend sur les premiers coteaux du Piémont pyrénéen, à égale distance entre les Pyrénées au Sud et l’Océan Atlantique à l’Ouest. Les parcelles sont plantées sur des coteaux situés de part et d’autre de la vallée de l’Adour et de son affluent, l’Arros. Elles s’étendent sur les pentes au cœur d’une région agricole où dans les plaines, la culture des céréales et l’élevage ont une place importante.

La proximité pyrénéenne associée à l’influence océanique, donne toute sa richesse au vignoble de Saint Mont.

Les températures, globalement douces sont homogènes sur toute la zone géographique. La pluviométrie présente quant à elle des différences importantes d’Est en Ouest. En période de vendanges, entre fin d’été et début d’automne, le temps est plutôt chaud et souvent sec, notamment sous l’action du vent venant du sud « foehn », qui souffle fréquemment durant cette période. Cela permet de récolter les baies à une maturité parfaite, notamment sur les cépages Tannat et les Mansengs. Outre la climatologie, la nature des sols constitue le terroir d’une appellation et sa typicité. A Saint Mont, on recense 3 expressions de terroir typiques et complémentaires.

Les sols, issus de la formation des Pyrénées sont complexes c’est pourquoi les vignerons de Saint Mont les ont pendant longtemps étudiés  afin de produire sur chacun d’entre eux les meilleurs qualités de raisins. (Orientation des sols, composition, pluviométrie, cépages etc…). La zone d’Aignan est principalement constituée de « Sables Fauves », formation marine du Tertiaire dont la limite méridionale coïncide avec la limite de la zone géographique. Sur la zone de Plaisance du Gers, les « Sables Fauves » disparaissent et sont remplacés par de la molasse dont les bancs calcaires marquent nettement le paysage. Les sols développés sur ce substrat sont des « sols argilo-calcaires » développés sur la molasse. Enfin, la zone de Saint Mont est caractérisée par des « argiles compactes et bigarrées », parfois mêlées de grep.

Cépages

Le Piémont Pyrénéen est le berceau de nombreux cépages aujourd’hui utilisés dans la viticulture mondiale. Le Monastère de Saint-Mont, placé sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle a joué un rôle important dans la conservation des cépages et leur diversification. C’est effectivement dans ce lieu que les moines échangeaient leurs secrets de vinification et leurs cépages. C’est pourquoi on retrouve aujourd’hui sur l’appellation, le plus important conservatoire de cépages privés en France.

Ce Conservatoire ampélographique* recense même des cépages encore inconnus. Ce travail de sauvegarde effectué par les hommes et les femmes de l’appellation permet de maintenir une riche biodiversité ainsi qu’un terroir à forte typicité. Plusieurs cépages aujourd’hui mondialement répandus, trouvent leur origine dans cette région du piémont pyrénéen, comme l’attestent les ampélographes les plus renommés. Ainsi, en 1980, les vignerons décidèrent d’utiliser exclusivement des cépages ancestraux et autochtones, tous originaires de cette zone du piémont pyrénéen.

Les cépages rouges :

  • Tannat
  • Pinenc (Fer Servadou)
  • Cabernet Franc et Sauvignon

Les cépages blancs :

  • Petit et Gros Manseng
  • Petit Courbu
  • Arrufiac

* L’ampélographie est la discipline étudiant les cépages.